logo

Un paradoxe médiaticosociofrançais

AccueilRéseaux sociaux

Un paradoxe médiaticosociofrançais

En ce lendemain de 14 juillet fête nationale, c’est l’occasion de se pencher davantage sur le comportement des français avec internet et en particulier les médias sociaux.

Parce qu’en effet il semble qu’entre le français et le média social ce puisse être de l’amour vache.
Et si on faisait un peu de protectionnisme ?

(suite…)

Ci-gît Google 1998 – ?

C’est le printemps et pourtant il souffle comme un vent de Toussaint au-dessus de Google.

 

Et cet air ambiant un peu morbide n’est pas seulement lié au dernier service proposé par Google. Ce service, le gestionnaire de compte inactif, se propose d’assurer votre succession numérique. Après un temps prédéfini d’inactivité de votre compte Google, et en l’absence de réponse aux alertes (pour cause de mort, incapacité ou autres), vos données seront transmises à vos héritiers ou alors votre compte sera supprimé, selon ce que stipulera votre e-testament.

 

En fait, l’ambiance funèbre date d’un mois, notamment avec l’annonce de Google de fermer son agrégateur de flux RSS, Google Reader à partir du 1er juillet prochain. Rapidement des pétitions se sont montées dont celle de change.org (près de 150 000 signatures atteintes).

Une fois que vous aurez ajouté votre signature, et vu qu’il y a peu d’espoir, peut-être irez vous déposer une fleur sur la sépulture dans le cimetière prévu à cet effet par le site Slate.com.

Selon la résolution de votre écran, vous ne verrez peut-être qu’une quinzaine de services défunts à la fois. Mais en vue d’ensemble, il y en a 39 ! En fait ce n’est rien : de septembre 2011 à septembre 2012, Google a mis un terme à près de 60 de ses services.

Ce qui est intéressant dans le cimetière de Slate.com, c’est la diagonale qui part d’en haut à gauche (Google Reader) pour arriver en bas à droite (Google Glass). C’est une ligne entre deux pôles, celui de la fidélité et celui de la confiance. Ou plutôt la perte de fidélité et la perte de confiance.

  (suite…)

Mcdo et e-réputation

McFail : C’est le nom donné à la dernière opération Twitter ratée de Mc Donald.  Tout commence en janvier avec l’idée d’utiliser les réseaux sociaux pour inviter les internautes à raconter leur meilleurs moment chez McDo. Sauf que …

… le résultat est loin d’être celui espéré par la marque. En effet, les histoires que l’on a vécu chez McDo ne sont pas toujours bonnes à raconter.

  • « Mon père nous emmenait chez McDonald’s quand on était petits. Aujourd’hui, il est obèse et a du diabète. J’ai retenu la leçon #McDStories »
  • « I haven’t been to McDonalds in years, because I’d rather eat my own diarrhea #McDStories »

Peu de temps après, McDo retire le hashtag (#McDStories) et tente de se faire oublier pour un moment.

La leçon qu’il faut tirer de cette malheureuse expérience est qu’ il est toujours nécessaire de bien penser sa campagne et sa stratégie social média. Parce que le web appartient aux internautes et que, par conséquent, il vaut mieux réfléchir à deux fois avant de fournir le bâton pour se faire battre.

Le service marketing de mcDo s’attendait à recevoir sans rien donner. Au final, l’opération est un lamentable échec qui à donner à tout les détracteurs de la marque la possibilité d’exprimer leur hargne.

Il est cependant possible d’utiliser les médias sociaux pour faire de la pub : voir l’expérience du « Angry whopper » (un concurrent pourtant du big mac).

Media sociaux et marketing

Les média sociaux représentent-ils l’avenir du e-commerce ? la réponse, si l’on en crois Mike Volpe auteur de ce SlideShare, est un non presque catégorique et cela malgré le titre !  En effet, les média sociaux ne sont qu’un outil parmi tant d’autres.

L’idée de ce SlideShow au titre racoleur étant au final d’insister et sur le fait que les média sociaux, c’est une évidence, ne seront efficaces que s’ils sont accompagnés d’autres outils du marketing.

source : Hubspot

Bit.ly et j.mp

bit.lyMais pourquoi Twitter change-t’il nos  liens en adresse Bit.ly ? et que gagnons-nous dans cet échange ?

Twitter ne permet que des messages très courts (140 caractères), et la plupart des adresses que l’on rentre sont souvent très longues. Twitter fait donc appel aux services de Bit.ly qui réduit à quelques caractères les liens et pourrait bien faire appel par la suite à J.mp même société que bit.ly  mais encore plus fort puisqu’il est capable de réduire encore de deux caractères le lien. (suite…)

Réseaux sociaux et Maison blanche

whitehouse_connectedLes réseaux sociaux, c’est pour de vrai? Oui et ils ont même percé dans les plus hautes sphères d’influence – la Maison blanche.  Le nouveau site de la Maison blanche vous propose de suivre les activités du Président sur 7 plateformes différentes, en plus du blog officiel : (suite…)

Facebook et cynisme

« Vanter » les mérites de Facebook d’une manière encore inédite et totalement cynique, voici le but de cette vidéo faite par les élèves de l’EICAR (école de cinéma).
Très drôle et sans pitié !

Envie de vous soigner ?

facecorette.jpg

Si vous vous êtes rendu compte que vous passez trop de temps à répondre aux sollicitations de vos connaissances sur facebook au lieu de vous occuper de votre chat ou de travailler, par exemple… mais que vous n’avez pas la force de décrocher, alors vous aurez peut être eu une lueur d’espoir en voyant l’image de ce patch Facecorette.

C’est vrai qu’il s’agit d’un plaisanterie mais le seul fait de sa virtuelle existence vous aidera peut être à penser que vous n’êtes plus seul. C’est toujours ça de pris, en attendant l’arrivée prochaine d’un site spécialisé pour vous aider. Un site où vous pourrez enregistrer votre page personnelle, écrire vos humeurs du moment, chatter avec plein d’amis et parler ouvertement de votre addiction aux réseaux sociaux.

Visitez le site de Facecorette et depistez votre état de dépendance.

source : François thibaud.

Résaux à vendre

angry_whopper.jpgMais non, il n’y a pas que des mauvaises choses sur Facebook, au contraire. D’un point de vue marketing c’est même une média très digne d’intérêt. C’est ce qu’a compris l’agence Crispin Porter & Bogusky qui a imaginé de faire un buzz à tout petit prix pour le lancement d’un hamburger.

Le but de l’opération marketing est d’informer la cible de la sortie du « Angry Whopper » par le biais du fameux site. Vous allez voir que la technique est simple : Pour cela la marque crée un membre nommé « Angry Whopper » qui n’est rien d’autre que le nom d’un gros hamburger… il est vrai qu’un hamburger n’a rien à faire sur un réseau social, mais là n’est pas la question. La société fait savoir que si vous arrivez à placer 10 « Angry Whopper » parmi les membres du cercle d’amis de votre réseau vous gagnez l’équivalent de la coquette somme de … 3.69 $ !
A ce jour 230 000 personnes sont amis avec un hamburger, l’idée est très intéressante et elle est surtout terriblement rentable sur plusieurs niveaux :

(suite…)

Engagement Facebook

facebook.jpgFacebook « s’engage à ne pas charger, publier, transmettre, partager, stocker ou diffuser de toute autre manière sur le site un contenu préjudiciable, menaçant, illégal, diffamatoire, non autorisé, abusif, injurieux, malveillant, vulgaire, obscène, frauduleux, portant atteinte à la vie privée ou aux droits à l’image, odieux, incitant à la violence, à la haine raciale ou ethnique ou autrement répréhensible « … Mais voici que surgissent, en même temps, deux histoires que Facebook aurait certainement préféré ne pas avoir à s’occuper :

Fin décembre 2008 la direction de Facebook décide de supprimer les photos de femmes allaitant leur enfant sur ses pages. Tous ces seins dénudés correspondaient certainement aux adjectifs « vulgaire et obscène » de la charte Facebook.
Au même moment, le site héberge les pages de fans clubs qui font l’apologie de Bernardo Provenzano (6000 adhérents) et Toto Riina (seulement 4000 adhérents) tous deux mafieux notoires et commanditaires de l’assassinat du magistrat italien Paolo Borsellino en 1993. Facebook ne réagit pas, peut être que cette fois, aucun des adjectifs de cette charte ne s’adapte à ce cas : ni menaçant, ni injurieux (même pas pour la famille du magistrat tué) et ne représente ni de près ni de loin une incitation à la violence !

Pas de chance pour Facebook qui aura eu à gérer un très mauvais timing dans ces sales histoires « d’ordre moral ».

Pour en savoir plus
sur la gestion des sites de fans de la mafia sur Facebook
sur les photos d’allaitement